Accèder directement au contenu

Restauration

2020

Dromadaire

Cette naturalisation de dromadaire a été réalisée en 1933 par Eugène Renner, taxidermiste nancéien ayant souvent travaillé pour l’établissement (il a réalisé plus d’une centaine de naturalisations pour le musée). Le squelette monté de l’animal a été acquis en même temps. Il est conservé également en réserve avec le reste des collections patrimoniales.

Le dromadaire a été exposé dans la galerie de zoologie jusqu’à sa mise en réserve sur site en 2005 puis son transfert dans la réserve externalisée en 2019.

Des éléments du cuir, certainement déjà très dégradé à l’époque, ont été ôtés dans les années 80, afin d’en faire une présentation pédagogique autour de la taxidermie. Des étiquettes ont été appliquées pour mettre en avant les divers éléments constitutifs de la naturalisation.

Le projet de restauration a été monté en vue d'une exposition temporaire sur le thème de la taxidermie. L'objectif était de se rapprocher de l’état de la présentation issue des années 80 autour de la taxidermie, tout en traitant les faiblesses structurelles et en stabilisant le spécimen.

En raison de l'état de dégradation avancé du spécimen, les traitements réalisés dans le cadre de cette restauration ont été nombreux : un dépoussiérage au brossage doux et en micro-aspiration, un décrassage de l'animal au mélange eau/éthanol, une stabilisation et une consolidation des zones de peaux déchirées, un comblement au mastic des fissures et des trous, ainsi que des interventions esthétiques par collage de poils ou de feutre synthétique.

Avant restauration

Après restauration